Endométriose, un petit clic pour la bonne cause !

Aujourd’hui, je vais reprendre les mots de black confetti pour vous parler de cette maladie dont on ne parle pas assez et qui touche de plus en plus de femme. J’en ai entendu parlé pour la première fois il y a quelques semaines, l’amie d’une amie qui, ne réussissant pas à tomber enceinte, a découvert que c’était à cause de cette maladie… Je partage donc l’article de black confetti :

La première fois que j’ai entendu parler de ça, c’était il y a 8-9 ans, une collègue au détour d’une conversation m’avait annoncé qu’elle était touchée par cette maladie. Pour moi l’endométriose était un nom barbare mais à ce moment-là bien trop égoïste et centrée sur mon propre petit bidon qui grossissait à vue d’œil je ne me suis pas souciée plus que ça de ce que pouvait vivre cette jeune femme.

Et puis la vie a continué son petit bonhomme de chemin et autour de moi, j’entendais de plus en plus souvent parler de cette maladie jusqu’au jour où j’ai appris que ma belle-sœur était touchée, j’allais alors découvrir le véritable mal qui ronge ces femmes !

endo

Mon regard :

Mariés depuis 2 ans, tout le monde commençait à les titiller sur le fait qu’un petit BéBé tardait à venir sans se douter de quoique ce soit, sans savoir qu’eux aussi commençaient à se poser des questions, sans soupçonner qu’ils avaient déjà quelques rendez-vous derrière eux pour en savoir plus. Et puis comme toujours la médecine dans toute sa splendeur est intervenue à coups d’hormones et autres joyeusetés sans même chercher à savoir pourquoi ce BéBé ne venait pas, et pendant ce temps sans le savoir la maladie prenait des forces, devenait plus invasive et commençait doucement à montrer de quoi elle était capable.

Après un an de traitement pour être plus féconde, des signes inquiétants apparaissaient, sa fatigue, sa pâleur, son inquiétude décelable, ses maux de ventre quasi chroniques. Alors elle a voulu en savoir davantage et se poser pour chercher à comprendre son corps. Et puis il y a eu ce verdict : elle souffrait d’endométriose et avant d’envisager le bébé il faudrait réparer son corps abîmé par cette cochonnerie car elle avait fait de gros dégâts. Une lourde opération a été nécessaire pour soigner les organes touchés. Un traitement a été mis en place mais voilà cette maladie encore trop méconnue mais qui touchent pourtant de plus en plus de femmes ne se guérit pas, elle est apaisée par différents solutions et surtout pour de nombreuses femmes mène à l’infertilité.

Son témoignage :

Dans mon cas, je pense que la maladie a commencé quand j’étais au lycée car j’avais déjà de très fortes douleurs au ventre et au dos pendant les règles. Le plus dur était toujours le matin au lever : je me rappelle avoir passé beaucoup de temps accroupie dans ma salle de bains pour essayer de soulager la douleur. A 16 ans, le Spasfon ne fonctionnait plus et les médecins m’ont prescrit des anti inflammatoires qui étaient efficaces…

Efficaces au début… les douleurs se sont réellement calmées lorsque j’ai pris la pilule. Elles étaient toujours là, mais étaient désormais supportables.

Lorsque nous avons entamé notre projet de bébé, l’arrêt de la pilule a relancé les douleurs. Chaque cycle, un peu plus fortes et un peu plus longues. Tant et si bien que les anti-inflammatoires ne soulageaient plus du tout. Le bébé n’arrivant pas, j’ai été placée sous stimulation hormonale. Ce qui a boosté la progression de la maladie qui s’est déposée sur les intestins entraînant des troubles digestifs, de plus en plus fréquents au point d’handicaper ma vie professionnelle et personnelle.

Le tout sans alarmer le moins du monde mon gynécologue…

Ce n’est que lorsque nous nous sommes orientés vers l’Aide Médicale à la Procréation que les bons examens ont été faits et que le diagnostic est tombé : endométriose profonde de stade 4 avec atteinte digestive.

Aujourd’hui, après une lourde intervention chirurgicale pour réduire la progression de la maladie, et 6 mois passés l’année dernière sous ménopause artificielle, les douleurs sont encore là, le risque de récidive bien présent, et notre projet parental passera nécessairement par une FIV.

Le plus révoltant est que la maladie aurait pu être diagnostiquée et circonscrite bien plus tôt, si les médecins ne m’avaient pas convaincue qu’il était normal de souffrir pendant les règles et avaient été formés à identifier cette maladie…

endometriosis_heart_ribbon_collage_beer_label

L’endométriose, l’association :

Pour simplifier, cette maladie, c’est le développement de la muqueuse utérine un peu partout dans le ventre, provoquant de violentes douleurs lors des règles.

Alors voilà aujourd’hui par le biais de ce blog, je viens vers vous pour vous demander de signer une pétition mis en place par l’association Endo France.

Le but de cette pétition est d’une part faire connaître l’endométriose, une maladie qui touche 15 à 20% des femmes sans qu’elles ne le sachent, pour la plupart. D’autre part, mobiliser le secteur médical pour faire évoluer le dépistage, la formation et la recherche de remède.

Ils manquent des signatures et ça serait vraiment génial si vous preniez le temps de cliquez ici  Vous avez jusqu’au 28 mai pour signer.

Logo+nvel-adresse

Voilà, maintenant je vous invite toutes et tous à signer cette pétition pour que les choses bougent !

Publicités